L'Agriculteur Charentais 05 septembre 2013 à 10h34 | Par Agences

Retraite - 75 % du Smic pour une carrière complète, minimum

Nouvelle réforme annoncée par Jean Marc Ayrault. Qu’est-ce que cela va changer pour les agriculteurs ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Conjoints et aides familiaux pris en compte.
Conjoints et aides familiaux pris en compte. - © Stéphane LEITENBERGER

Le Premier ministre a présenté «sa» réforme du régime de retraite. Il a envisagé des mesures spécifiques pour le secteur agricole. Les voici. «Les pensions des anciens exploitants agricoles et de leurs conjoints, dont le niveau est particulièrement faible, seront revalorisées.» Cette réforme prévoit une garantie d’une pension minimale de 75% du Smic pour une carrière complète. «La loi du 4 mars 2002 a instauré un régime de retraite complémentaire obligatoire par répartition pour les chefs d’exploitation agricole. L’objectif d’atteindre un niveau de pension de retraite totale au moins égale à 75% du Smic net, pour une carrière complète n’a plus été tenu depuis. Le montant de la retraite des chefs d’exploitation ayant effectué une carrière complète sera progressivement porté à 75% du Smic, par la création d’un complément de retraite complémentaire.»

Lire l'ensemble du dispositif annoncé et le détail des mesures envisagées dans notre édition du 6 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui