L'Agriculteur Charentais 23 janvier 2014 à 08h00 | Par MSA

RETRAITE - La réforme des retraites, ça change quoi ?

La réforme des retraites 2013 adoptée par le Parlement le 18 décembre 2013 prévoit des dispositifs visant à réduire les inégalités.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Votre MSA, votre interlocuteur retraite.
Votre MSA, votre interlocuteur retraite. - © CCMSA - LANNIE Téo

La réforme prévoit un allongement de la durée de cotisation à 43 ans en 2035, contre 41,5 ans actuellement. Cette augmentation correspond à un trimestre tous les 3 ans. Depuis la réforme de 2010, l’âge légal du départ à la retraite est passé à 62 ans pour les actifs nés à partir de 1955. La réforme 2013 ne remet pas en cause l’âge légal de départ à la retraite. C’est la durée d’assurance nécessaire pour bénéficier du taux plein qui va être modifiée ; elle passe de 167 trimestres (41,5 ans) à 172 trimestres (43 ans pour la génération 1973) d’ici 2035. Ce nouveau dispositif concerne les personnes nées à partir de 1958.
Une réforme au cas par cas
Les interruptions de carrière affectent les droits à la retraite : maternité, formation, chômage, travail à temps partiel… La réforme intègre des mesures visant à réduire les inégalités.
Il faudra percevoir une rémunération équivalente à 150 heures SMIC pour valider un trimestre de cotisation (contre 200 aujourd’hui), dans la limite d’un plafond mensuel. Cette mesure permet de favoriser les salariés agricoles ayant de faibles rémunérations ou ceux qui travaillent à temps partiel (travailleurs occasionnels ou saisonniers).
Depuis le 1er janvier 2014, chaque période de congé maternité de 90 jours compte comme un trimestre. De plus, dans le cadre de la retraite anticipée pour carrière longue, tous les trimestres de congé maternité seront réputés cotisés. En ce qui concerne les apprentis salariés, ils pourront valider un trimestre pour chaque trimestre d’apprentissage. Les stages étudiants obligatoires et rémunérés pourront être pris en compte dans le calcul de la retraite, dans la limite de deux trimestres au total (les cotisations seront à la charge de l’étudiant). Les assurés handicapés pourront bénéficier d’une retraite anticipée dès 55 ans dès lors que leur taux d’incapacité permanente est d’au moins 50 %. Les salariés exposés à des risques professionnels (port de charges lourdes, travail de nuit, environnement bruyant…) vont bénéficier, à partir du 1er janvier 2015, d’un compte personnel de prévention de la pénibilité. Les salariés exposés à au moins un facteur de pénibilité verront leur compte crédité de points en fonction des trimestres d’exposition. Ces points permettront aux salariés de suivre une formation de reconversion et leur donneront accès à une retraite progressive ou à une retraite anticipée dans la limite de deux ans.
Une amélioration des retraites agricoles
Les exploitants agricoles n’ont plus besoin de justifier d'au moins 17,5 ans de cotisations pour prétendre à la retraite agricole minimum. Il en va de même pour les collaborateurs d'exploitation ou d'entreprise agricole, les anciens conjoints participant aux travaux et les aides familiaux. Grâce à la création d'un supplément au régime de retraite complémentaire obligatoire (RCO), la retraite plancher des chefs d'exploitation sera progressivement relevée à 73% du Smic en 2015, 74% en 2016 et enfin, 75% en 2017. Comme pour les exploitants, les conjoints collaborateurs et les aidants familiaux vont bénéficier de points gratuits à la RCO.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.msadescharentes.fr ou dans votre agence MSA des Charentes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui