L'Agriculteur Charentais 26 juillet 2018 à 14h00 | Par BSV

Réussir l’implantation du colza

La réussite de son colza dépend avant tout d’une bonne implantation afin que cette culture soit vigoureuse avec une moindre sensibilité aux attaques de ses bioagresseurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Objectif en Poitou-Charentes : obtenir une levée de colza début septembre et atteindre le stade 4 feuilles supportant les attaques d’altises et de limaces.
Objectif en Poitou-Charentes : obtenir une levée de colza début septembre et atteindre le stade 4 feuilles supportant les attaques d’altises et de limaces. - © Terres Inovia

«Favoriser la levée, la croissance végétative et l’enracinement des colzas est une priorité pour mettre en place un colza robuste (bien enraciné et avec une biomasse satisfaisante), capable d’exprimer son potentiel et de faire face aux aléas climatiques et aux pressions des ravageurs» indique le BSV, bulletin de santé du végétal. Réussir l’implantation nécessite de mettre en œuvre des pratiques adaptées au contexte pédoclimatique et sanitaire (limaces, altises et adventices).  Il convient aussi d’anticiper les travaux en inter-culture, au plus près de la récolte du précédent, pour refaire de la structure et préserver l’humidité du sol. Enfin, il faut être réactif pour semer tôt, juste avant un épisode de pluie favorable.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 27 juillet 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui