L'Agriculteur Charentais 27 novembre 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

SAFER : Ôter l’épine foncière

Un cédant, un jeune repreneur, une SAFER, une banque et à la fin une entreprise agricole qui va perdurer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-François Denechaud et Benjamin Berger.
Jean-François Denechaud et Benjamin Berger. - © AC

En s’installant l’année mémorable de la grande sécheresse en 1976, Jean-François Denechaud a déjà «eu affaire» avec la SAFER. Leur histoire commune est longue : il récupéra à l’époque 13 ha d’une exploitation limitrophe via un arbitrage de la SAFER. Aujourd’hui à 63 ans, marié à Geneviève, aussi exploitante en EARL, il passe le relais à Benjamin Berger, 25 ans fils et frère de maraîchers, titulaire d’un bac STAV et BTS production animale. 130 ha aujourd’hui, dont 5o ha de marais de polyculture-élevage (45 vaches allaitantes) entre St Savinien et Geay. L’irrigation date du milieu des années 80, 45 ha aujourd’hui. «Le point de départ» précise Jean-François Denechaud, «c’est le souhait de nos trois filles de ne pas reprendre l’exploitation. Nous voulions installer un jeune. C’était notre objectif alors que l’on voulait une dispersion de notre exploitation, ou des entrepreneurs fassent le travail.» Entre volonté et réalité, le chemin parcouru ne prend pas «la solution de facilité»

Lire la suite de la présentation du congrés dans notre édition papier du 27 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).