L'Agriculteur Charentais 29 août 2013 à 09h39 | Par Bernard Aumailley

Sage estuaire - Ce sera sans la profession agricole

Signature ce jour à bord d’un bateau par le ministre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La signature «officielle» est prévue pour aujourd’hui en plein milieu de l’estuaire. La nouvelle mouture portée par le Simmdest avait été acceptée en juin dernier par la CLE.  Là c’est directement le ministre de l’Ecologie qui le porte sur les fonds baptismaux. Mais sans la profession agricole de Charente-Maritime, qui en son temps, avait dit tout son désaccord aux dispositions de ce SAGE et qui n’assistera pas à la signature pour montrer que son avis n’a pas été retenu «en aucune façon.» Dans une lettre adressée à Philippe Plisson, député et président du Simmdest, Luc Servant se fait le porte-parole des estuariens : «nous avons émis un avis défavorable à ce projet depuis la réunion de la CLE de septembre 2010.» Courriers, échanges, notification au commissaire enquêteur en septembre 2011 n’y ont rien changé. «Même si nombre de ces points ont été repris par le commissaire enquêteur dans son rapport, certains dans les réserves et recommandations» cela ne suffit pas pour rassurer les agriculteurs riverains sur les objectifs du SAGE. «Malgré cela, la profession agricole n’a à aucun moment été associée à l’évolution du projet entre l’automne 2011 et les deux présentations à la CLE de novembre 2012 et juin 2013» martèle Luc Servant, «le minimum a été concédé, par le retrait de la cartographie des zones humides annexée au PAGD, afin de permettre le vote du SAGE. Retrait sur lequel on peut se poser des questions car cette cartographie existe toujours.» Face au peu de considération dont il estime que l’on fait preuve de la profession agricole, aucun élu consulaire ne prendra le bateau. Nous y reviendrons plus amplement dans notre prochaine édition.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui