L'Agriculteur Charentais 30 octobre 2014 à 08h00 | Par GR

Salon : Cinquième édition d’un Capr’Inov très professionnel les 26 et 27 novembre

Toujours aussi professionnel, le salon Capr’Inov aura lieu à Niort. Une biennale créée par et pour les éleveurs de chèvres où sont attendus 170 exposants et plus de 3 000 visiteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les membres du comité d’organisation : Rémy Boudaud, Christian Touzé, Sylvie Perrault-Richard, Samuel Hérault, Thierry Jayat, Jean-François Bernard.
Les membres du comité d’organisation : Rémy Boudaud, Christian Touzé, Sylvie Perrault-Richard, Samuel Hérault, Thierry Jayat, Jean-François Bernard. - © AGRI79

«Un lieu de rassemblement des éleveurs de chèvres pour discuter de leur métier, échanger, voir les innovations de matériel, aliments, conseil, sanitaire.» En quelques mots, le président de Capr’Inov, Thierry Jayat, résume l’objet de cette manifestation, créée par et pour les éleveurs et qui a lieu tous les deux ans, à Niort. Cette année, les 26 et 27 novembre.«Capr’Inov correspond véritablement à une attente des éleveurs qui constitueront le gros des 3 000 à 4 000 visiteurs attendus. Ils représentent environ 70% des éleveurs de chèvres de France», poursuit-il. En 2012 déjà, 19 nationalités étaient représentées, principalement des éleveurs d’Europe de l’Est et d’Afrique du Nord. «Cette année, nous allons développer l’accueil et la prise en charge de ces délégations.» La surface d’exposition est portée à 10 000 mètres carrés avec les 3000 mètres carrés d’une halle supplémentaire. «Nous nous sommes agrandis à la demande de certains exposants en particulier pour les démonstrations de matériel. Mais nous enregistrons aussi de nouvelles inscriptions», souligne Elodie Amouretti, animatrice. Le nombre d’exposants est passé de 70 lors de la première édition en 2006 à 170 à ce jour.«Au début de Capr’Inov, la conjoncture était encore relativement favorable, mais il n’y avait pas beaucoup d’exposants. En 2010 et 2012, la conjoncture n’était pas brillante. Cette année, nous avons beaucoup plus d’espoir», souligne le président qui se veut particulièrement optimiste pour cette cinquième édition. «Le prix du lait a augmenté, pas au niveau que nous aurions souhaité, après une crise qui a été très longue, mais la production s’est stabilisée, avec des agrandissements de troupeaux et des jeunes qui s’installent.» Le concours de races sera un temps fort de la manifestation. «Nous nous attachons à valoriser la technique, le savoir-faire, les innovations dans le secteur caprin», rappelle Thierry Jayat. Les meilleures innovations présentées par les exposants qu’il s’agisse de matériel, de services, ou d’équipements seront primées pendant le salon. Les délibérations du jury des Capr’I d’or auront lieu en octobre.Une trentaine de conférences (technique, santé, économie de l’exploitation…) sont prévues cette année et le succès des visites (sur réservation) devrait être au rendez-vous le 25 novembre. Au programme : à 10 h 30, au choix visite de l’usine Alicoop, à Pamproux, ou la Maison des fromages de chèvre et de la laiterie CLS à Celles-sur-Belle. A partir de 14 heures : Earl Gallard (420 chèvres à Villiers-sur-Chizé, installation, roto) ; Gaec l’Aumandière à Bazoges-en-Pareds (900 chèvres) avec roto, robot et chien électrique ; plateforme expérimentale Patuchev, à l’Inra de Lusignan (170 chèvres), pâturage et séchage en grange.
Rens. E. Amouretti 0674692072

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).