L'Agriculteur Charentais 06 novembre 2014 à 08h00 | Par Catherine Longueville

Salon de l’innovation : Tapis rouge aux éleveurs et aux innovations

Montrer la crème des élevages avec des concours, des nouvelles technologies à Tech’élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hervé Pillaud, président du salon Tech’Elevage espère cette année capter les jeunes avec des concours sur les innovations.
Hervé Pillaud, président du salon Tech’Elevage espère cette année capter les jeunes avec des concours sur les innovations. - © AC

De la haute génétique dans les concours de races à la haute technologie dans les équipements en élevage, c’est ce que les agriculteurs vont pouvoir découvrir dans les deux halles du parc des expositions de La Roche-sur-Yon  pendant trois jours, du 19 au 21 novembre. Cette deuxième édition du salon Tech’Elevage se veut cette année encore plus tournée vers les innovations. «Nous voulons en faire l’agriculture de demain» explique Hervé Pillaud. Fort du succès rencontré l’an dernier avec 7000 visiteurs et de la participation et du retour positif des exposants, le chef d’orchestre de ce salon régional veut cette année capter les jeunes générations et jouer sur leur capacité à créer, entreprendre et innover. On est loin d’un discours de crise, d’économie en perte de vitesse et d’un moral en berne. «Il faut oser, ça nous manque. Accepter l’échec pour rebondir et cultiver  la confiance,» estime l’éleveur des Moutiers-sur-Lay qui espère accueillir 1000 étudiants.
Concours charolais de l’Arc atlantique A côté du concours charolais de L’Arc atlantique et aussi des concours de races laitières, et mouton vendéen qui vont se dérouler sur trois jours avec une grande parade pour le final du vendredi 21 novembre, Tech’élevage va faire la part belle à des porteurs de nouveaux prototypes pour l’agriculture et faire les yeux doux à des startups cherchant à investir ou commercialiser un produit. Un bar de l’innovation présentera les nouvelles technologies en élevage des firmes et organismes agricoles. On pourra ainsi découvrir un système d’auto pesée pour les bovins et des lunettes connectées qui permettent avec un écran miniature d’afficher une ration pour une génisse ou une vache adulte.

Lire la suite dans notre édition du 7 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui