L'Agriculteur Charentais 16 novembre 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

SALON : Faire émerger les évolutions de demain

Vigne-vin, olive et fruits-légumes seront sous les projecteurs du prochain Sitevi, à Montpellier Huit entreprises charentaises maritimes seront présentes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Médaille d’or pour Grégoire
Médaille d’or pour Grégoire - © Gregoire

40 ans après sa création, le Sitevi (28 au 30 novembre, parc des expositions de Montpellier) est devenu le plus grand salon mondial organisé autour des trois filières vigne-vin, olive et fruits-légumes. Avec plus de 1 100 entreprises originaires de 25 pays, et de toutes les régions françaises, le Sitevi permettra à ses visiteurs de découvrir les toutes dernières innovations, équipements et savoir-faire, à l'heure où le secteur fait face à des enjeux majeurs.
Avec 1 100 exposants (venus de 25 pays) prévus, le nombre d’exposants augmente de 9 % par rapport à 2015. Les acteurs des filières françaises et internationales sont friands et porteurs de nouveautés, afin d’ajuster les pratiques culturales aux problématiques actuelles.

Lire la suite dans notre édition papier du 17 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui