L'Agriculteur Charentais 18 mai 2017 à 08h00 | Par Sylvain Desgroppes

Salon : Se donner des instruments de compréhension de l’agriculture de demain

Le salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine se tient du 20 au 28 mai à Bordeaux, et veut continuer d'intéresser le grand public comme les professionnels.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Clin d'oeil à l'élargissement du salon et à sa dimension Nouvelle Aquitaine, la mascotte 2017 est un baudet du Poitou.
Clin d'oeil à l'élargissement du salon et à sa dimension Nouvelle Aquitaine, la mascotte 2017 est un baudet du Poitou. - © Sylvain Desgroppes

Ce mardi 9 mai, l'effervescence régnait au sein du grand hall de l'Hôtel de région à Bordeaux, où se tenait la conférence de presse de présentation du salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine. Un espace était aménagé pour accueillir la mascotte de cette édition, un baudet du Poitou, ainsi que deux moutons pour une démonstration de tonte.
L'édition 2017 sera en effet autant celle des événements professionnels que celle du grand public. Et comme le souligne Eric Dulong, président de Congrès et Exposition de Bordeaux, «le lien qui unit la foire exposition et le salon de l'agriculture est un lien fort, de partenariat. Les réussites de l'un et de l'autre vont ensemble. Et ce succès dépend de la présence d'animaux».
Pour Alain Rousset, les neuf jours du salon sont aussi l'occasion «de réfléchir et de se donner des instruments de compréhension de l'agriculture de demain». Ce qui se fait au travers d'un ensemble de conférences et autres réunions, en présence de responsables des organisations professionnelles et des collectivités territoriales.

Lire la suite dans l’édition papier du 12 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui