L'Agriculteur Charentais 27 juin 2013 à 10h38 | Par Bernard Aumailley

Salon - Vinexpo voit la vie en rose

Gigantesque démonstration de la planète vinicole mondiale qui marquerait la reprise du secteur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après cinq jours, le salon Vinexpo se refermait jeudi dernier. 2 400 exposants de 44 pays voulaient montrer la «bonne santé et le potentiel du secteur des vins et des spiritueux» dixit l’organisateur. Bonne santé ? La concurrence est toujours dure dans ce genre de salon où selon les participants, il s’y fait des affaires.  On y communique surtout sur les sociétés, les nouveaux produits lorsqu’ils existent. On fait de la notoriété. Surtout que la hausse des visiteurs étrangers, plus du tiers parmi les 48 000 visiteurs, semble avérée en dépit des «délocalisations» de Vinexpo sur la planète. Mais la forte présence d’Asiatiques, visible, témoigne aussi que le marché est là-bas. «C’est le continent que la planète vins et spiritueux regarde avec attention. Avec les mastodontes démographiques que sont la Chine et l’Inde, l’Asie représente un bassin de consommateurs potentiels gigantesque. Les producteurs du monde entier veulent se positionner et gagner l’adhésion des acheteurs du continent. Vinexpo est devenu l’endroit idéal pour initier le contact puisque les visiteurs asiatiques ont répondu présents. 3 200 à 3 300 Chinois, mais également des Indiens, Taiwanais, Coréens, Thaïlandais… ont parcouru les allées du salon à la recherche de partenaires» soulignait Robert Beynat, directeur général de Vinexpo. Mondes en crise, conséquences collatérales pour le secteur. Pas vraiment assurait-on. Les taux de croissance des marchés sont là pour l’attester. C’était visible dans les pavillons nationaux, comme Pro Mexico, Japan Pavilion, Wines of Turkey et Sichuan Provincial Pavilion, quatre nouveautés de cette édition 2013. 

Fenêtre ouverte
Selon Robert Beynat, il s’agit d’un salon de «redécollage de la filière.» Selon Jan Pettersen, directeur de la maison Fernando de Castilla : «Nous venons à Vinexpo depuis 1983. Je suis impressionné, cette année, par le nombre de visiteurs internationaux». Bien sûr l’Italie est là en force. Deuxième producteur et transformateur mondial, mais aussi les vins d’Espagne et d’Amérique du Sud. Avec un clin d’œil remarqué des vins brésiliens, nouveaux venus et futurs accueillants de la Coupe du Monde.  «Vinexpo est une vraie fenêtre ouverte sur le monde, permettant une visibilité forte auprès des acheteurs de tous les continents.» confirme Xavier de Eizaguirre, président de Vinexpo. Moins de stands ostensibles des grands groupes, plus de stands «soft» moins clinquants, dans le créneau  du «terroir», «des hommes», des «savoir-faire.» «Vinexpo, un salon toujours incontournable dans le cadre de mon activité de consultant international : nouveaux contacts, fournisseurs, découvertes produits… Quant à la Master Class que j’ai animée dimanche sur les vins doux : un succès ! Beaucoup de monde et une organisation sans faille» se félicite Paolo Basso, Meilleur Sommelier d’Europe 2010 et Meilleur Sommelier du Monde 2013. «Une audience exceptionnelle pour la session dédiée aux tendances de consommation aux Etats-Unis. Vinexpo 2013 a été un excellent millésime» s’est exclamé John Gillepsie, Président du Wine Market Council. Une cinquantaine de marques de cognac étaient présentes sur cette édition 2013. Autre fait «visible», celui de la montée en puissance des rosés. Attente des consommateurs ou nouvelle approche ? On ne saurait dire tant est diverse l’offre, mais très souvent déclinée vers un marketing percutant, jeune, colorée (en rose naturellement), festif. Il se produit aujourd’hui 24Mhl de rosé, soit +7,7 % en neuf ans. Le créneau représente presque 10 % de la production mondiale  dans quatre pays (France, Italie, Etats-Unis, Espagne). Les pays émergents s’y mettent aussi. Il suffisait de voir les «gammes» proposées par les vins chiliens ou argentins. La primauté des vins de Provence Côte d’Azur est marquante. Une légère avance qui permet à une bouteille de rosé sur quatre de traverser les frontières. Bernard Aumailey

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
444 M€
444 millions d’euros qui avaient été prélevés sur les paiements directs de la PAC, en prévision de la réserve de crise pour 2018, vont être remboursés aux agriculteurs européens, a annoncé la Commission européenne fin novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui