L'Agriculteur Charentais 22 juin 2017 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Sanitaire : La lutte s’organise contre une nouvelle myiase

Apparue dans le sud de la Vienne, en Haute-Vienne, puis en Charente, une nouvelle Myiase issue d’une mouche cause bien du tracas aux éleveurs ovins, mais aussi bovins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La nouvelle myiase est déjà active avec de l’avance cette année dans le sud de la Vienne et autour de Brillac en Charente.
La nouvelle myiase est déjà active avec de l’avance cette année dans le sud de la Vienne et autour de Brillac en Charente. - © VC

Wohlfahrtia magnifica. Derrière ce nom savant plutôt rassurant dans un premier temps se cache une mouche grise et noire de 8 à 14 millimètres. Vivant habituellement au-dessus de 600 à 800 mètres d’altitude, sans pouvoir l’expliquer, l’insecte est apparu dans le sud de la Vienne en 2012 en-dessous de 200 mètres. Depuis, elle n’a cessé d’étendre sa zone d’action avec une forte poussée en Charente l’an dernier.
Le problème, c’est que Wohlfahrtia amène dans ses bagages une nouvelle myiase résistant aux traitements habituellement utilisés pour les myiases de la mouche Lucilia sericata. Les asticots sont plus gros dépassant 1 cm de longueur sur 2 mm de diamètre. «On a du mal à expliquer pourquoi cette mouche s’est acclimatée dans cette zone-là, dit Philippe Dubois, vétérinaire au Ted 16 GDS. Du sud de la Vienne, la zone n’a cessé de s’étendre dans le bassin Confolentais avec une forte poussée en Charente l’an dernier dans une zone allant de Pressac à Alloue, Roumazières-Loubert et Rouillac. Est-ce que la sécheresse de 2016 a joué un rôle ? La circulation de la mouche risque de reprendre à partir de juin.

Lire la suite dans notre édition papier du 16 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.