L'Agriculteur Charentais 07 juillet 2016 à 08h00 | Par Gérard Hoppenreys/Sébastien Bessonnet

Santé animale : Maîtriser le parasitisme pour profiter pleinement de l’herbe

Souvent insidieuses et chroniques, les strongles gastro-intestinaux affectent la production et le bien-être animal.Explications et conseils.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le premier objectif est de permettre aux brebis de développer leur immunité.
Le premier objectif est de permettre aux brebis de développer leur immunité. - © AC

Les strongles gastro-intestinaux (vers parasites du tube digestif présents chez tous les ruminants ayant accès au pâturage) sont responsables chez les bovins, les ovins et les caprins d’infestations souvent insidieuses et chroniques qui affectent la production et le bien-être animal. Faute d’outils d’aide à la décision, les strongyloses digestives impliquent trop souvent l’utilisation systématique d’anthelminthiques, sans analyse a priori de la situation. Cet usage non-raisonné a des conséquences négatives en termes de développement de l’immunité, de résistances aux anthelminthiques, d’impact environnemental, de coût, et d’image.

Lire la suite dans l'édition papier du 1er juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
-73 %
Selon les derniers chiffres de FranceAgriMer, les transactions de vrac vin de France (SIG) avec mention de cépage en blancs, pour la région Charentes-Cognac (+1 %) se montait à 3 Mhl depuis le début de la campagne, soit -73 % par rapport à 2016-2017, sur un total français de 334 Mhl. Les transactions de vrac IGP en 2017-2018 s’élèvent en blanc à 1651 Mhl (+9 %)