L'Agriculteur Charentais 14 novembre 2013 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Santé - Le besoin vient avec l’âge

L’offre de santé dans le département influe-t-elle sur le montant des dépenses ? Plutôt la démographie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

C’est souvent le premier secteur d’emploi dans les villes moyennes de Poitou Charentes : le secteur de la santé. Une récente étude de l’agence régionale de santé, publiée avant l’été, donne un état des lieux, non du côté des équipements, mais des dépenses de santé. Mettons-nous plus ou moins d’argent dans la santé dans notre région. Selon l’ARS, «les résultats de cette étude font apparaître qu’en 2010 en Poitou-Charentes, les dépenses de soins de ville se sont élevées à 1 070 € par habitant, soit 63 € de moins qu’en moyenne nationale, et 675 € de soins hospitaliers par habitant de Poitou-Charentes, soit 25 € de plus qu’au national.» Selon François-Emmanuel Blanc, Directeur général de l’ARS, «au niveau infra-régional, on constate également des disparités départementales en termes de dépenses. Ainsi, les habitants de la Vienne, des Deux-Sèvres et, à un degré moindre de Charente, ont des dépenses en soins de ville inférieures à la moyenne régionale, alors qu’en Charente-Maritime, les dépenses tant en soins de ville qu’en soins hospitaliers sont supérieures à cette même moyenne.» Corroboré par une vaste étude entreprise par l’INSEE Poitou Charentes, cela cible vraiment la «réalité» dans ce début de décennie face à une autre réalité, la démographie. Les «soins de ville» sont les honoraires de médecins, les médicaments, les auxillaires médicaux, etc. En gros, les dépenses de santé des habitants. Les soins hospitaliers, c’est ce que ces mêmes habitants dépensent (ou «coûtent») lorsqu’ils utilisent ou sont admis dans un établissement de soins. Un exemple, en Charente-Maritime on dépense plus en soins hospitaliers, mais la consommation de «soins de ville» est égale à celle constatée ailleurs.

Lire la suite dans notre édition du 15 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui