L'Agriculteur Charentais 27 novembre 2014 à 08h00 | Par NDD

Selon la MSA : Des installations qui ne compensent pas les départs à la retraite

Même si l’installation des jeunes agriculteurs est en hausse, les départs en retraite des exploitants restent importants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hausse des installations en Corse, Poitou-Charentes et Champagne.
Hausse des installations en Corse, Poitou-Charentes et Champagne. - © Source : statistiques msa nov. 2014

Plus d’exploitants s’installent dans les campagnes françaises mais les départs à la retraite s’accentuent d’année en année. Quand 13 200 chefs d’exploitation s’installent, 17 230 ont cessé leur activité en 2013. Ça ne fait pas le compte. Même si les installations sont en hausse de 6 % entre 2012 et 2013 (soit 750 personnes en plus), selon les statistiques de la Mutualité sociale agricole du 20 novembre, les départs en retraite restent nombreux : +21 % en un an. De fait, le taux de remplacement chute :  seulement 76,7 % des départs à la retraite des chefs d’exploitation sont compensés par des installations agricoles, «qu’elles émanent de jeunes agriculteurs, d’agriculteurs installés tardivement avec ou sans transfert entre époux», alors que le taux de remplacement était de 87,4% en 2012. Parmi les nouveaux installés de 2013, on dénombre 8 600 jeunes éligibles au dispositif d’aides à l’installation (moins de 40 ans), soit une hausse de 6, 2% en un an. Ces derniers s’installent majoritairement sous forme sociétaire : 56,8 % des jeunes ont choisi de s’établir en société, avec une «prédilection croissante» pour les EARL et les GAEC (46,4 % des installations). Ils ont une superficie moyenne de 35,5 hectares et sont souvent en pluriactivité : pour les hommes, le taux de pluriactivité se stabilise autour de 32-33 % depuis 2007 tandis que la pluriactivité des femmes augmente d’un point en un an pour passer à 28 % en 2013. Par ailleurs, les femmes représentent 29 % des nouveaux jeunes installés, «un taux stable», selon la MSA.

Lire la suite dans notre édition du 28 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui