L'Agriculteur Charentais 23 février 2017 à 08h00 | Par AURELIE PASQUELIN

Semences : Des surfaces équivalentes à celles de 2012 et 2013 en Poitou-Charentes

Le Gnis vient de rendre son rapport sur la récolte 2016 de semences dans la région Grand-Ouest, avec des surfaces stables, mais pas en Poitou-Charentes (-13%).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La baisse des surfaces de production s’explique en partie par une offre supérieure à la demande et par la baisse de la demande en céréales hybrides.
La baisse des surfaces de production s’explique en partie par une offre supérieure à la demande et par la baisse de la demande en céréales hybrides. - © agri79

L’heure du bilan a sonné pour le Gnis qui sort les premiers chiffres régionaux pour la récolte 2016. Avec 30 209 hectares de production de semences et de plants dans les Pays-de-la-Loire, la région se place en leader dans le Grand Ouest (Pays-de-la-Loire, Bretagne, ex-Basse ­Normandie et ex-Poitou-Charentes). Cette superficie totale, qui représente 8 % de la superficie nationale a diminué de
1 % par rapport à 2015. Un chiffre, en baisse certes, mais qui doit être comparé à ses voisins. En effet, si la Bretagne n’enregistre pas de baisse, l’ex-Basse-Normandie et l’ex­Poitou-Charentes voient leurs surfaces de production baisser respectivement de 11 et de 13 %. Un chiffre qui s’explique en partie par la baisse de la demande en céréales hybrides (particulièrement consommatrices de sols), mais aussi par un stock important chez les opérateurs par rapport à la demande.

Lire la suite dans notre édition papier du 17 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui