L'Agriculteur Charentais 22 mars 2018 à 09h00 | Par Bernard Aumailley

Semences : Nouveaux sommets en hectares

Les surfaces ont explosé retrouvant le niveau de 2012. Elles atteignent 38 800 ha (+ 19 % en un an).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une croissance du secteur de 50 % en 10 ans et des prévisions à la hausse pour les semenciers.
Une croissance du secteur de 50 % en 10 ans et des prévisions à la hausse pour les semenciers. - © AC

Il y a peu de temps, on dissertait longuement sur les pertes en surface des contrats de semences. «Alors que les surfaces de colza, de tournesol et de soja stagnent en France, la multiplication des semences de ces espèces ne cesse de progresser, passant de 22 000 ha en 2007 à presque 33 000 ha en 2017», souligne-t-on à l’Anamso*. Pourtant en dépit de l’appréciation de certains opérateurs, depuis l’an dernier les chiffres se sont inversés :  une croissance du secteur de 50 % en dix ans et des prévisions «encore à la hausse avec au moins 38 000 ha en 2018». Selon le président de l’Anamso, Laurent Bourdil, qui tenait son assemblée générale dans l’île de Ré, c’est «une tendance qui s’explique par l’exportation d’une grande partie des semences produites, à hauteur de 70 %, essentiellement vers l’Ukraine et la Russie, deux pays qui représentent un énorme potentiel de 13 millions d’hectares.»

Lire la suite dans notre édition papier du 23  mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.