L'Agriculteur Charentais 10 juillet 2014 à 08h00 | Par Thierry Michel

«Sensibiliser la RHD*»

Gilles Le Pottier, Association pour la promotion de la volaille française

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © APVF

Quel est l’objectif de votre campagne auprès des restaurateurs ?
L’Association pour la promotion de la volaille française (APVF) s’occupe de la promotion des volailles françaises et est soutenue par les interprofessions de la filière et a donc un rôle très transversal dans le secteur avicole. Cette campagne a pour principal objectif de reconquérir des parts de marché au niveau de certains segments de consommation et, dans cette ligne là, nous voulions interpeller la RHD. En fait, le consommateur pense souvent qu’au restaurant, la volaille qu’il commande est d’origine française, ce qui n’est pas toujours le cas. Ceci est fonction des sous segments de la RHD. Nous voulions être positif et faire adhérer la profession, d’où la remise d’un kit sur la base du volontariat et de la gratuité. Il s’agit à la fois d’un sticker «Ici, on sert de la volaille française» à coller et d’un chevalet à mettre sur un comptoir. C’est très simple et très facile à mettre en place. On s’est adressé aux restaurateurs via leur presse professionnelle et l’envoi du kit peut se faire en numérique.

Quelle action menez-vous par rapport à la distribution ?
Une enquête de mars 2014 nous a montré que 64 % des références volailles portaient une mention d’origine en rapport avec la notion origine France, dont 42 % portant le logo volaille française. Mais tous les identifiants utilisés ne sont pas identiques et certains segments, comme la dinde, sont mieux traités que d’autres sur ce sujet. On travaille dans le sens d’une homogénéisation. Pour la viande fraîche, la réglementation va imposer une identification origine France en avril 2015. Reste la viande transformée et là encore, nous essayons de sensibiliser les transformateurs pour qu’ils apposent une mention d’origine. C’est plus complexe car le sourcing est plus large et le prix final compte énormément sur ce segment. Mais la pression des clients consommateurs compte aussi et nous voulons jouer le côté citoyen auprès des donneurs d’ordres de type collectivités locales, restauration collective et autres prescripteurs. Nous souhaitons impliquer les maires, les cuisines scolaires et d’hôpitaux…

Et pour cet été… ?
La volaille est très présente en période estivale grâce à la rôtisserie et au barbecue. De plus en plus d’offre est faite sur de la volaille rôtie prête à l’emploi pour partir en pique-nique et pour confectionner des sandwiches. Des découpes adaptées voient aussi le jour pour le barbecue. Nous sommes de plus en plus sur des notions de goût et de plaisir, d’évasion aussi en proposant, par exemple, de la volaille accompagnée de sauce «Coupe du monde».

* RHD : restauration hors domicile

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui