L'Agriculteur Charentais 04 décembre 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

SICA Atlantique : Accompagner le développement

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après avoir dépassé le cap, donc le record, de 3 Mt de céréales embarquées depuis les silos coopératifs des ports charentais, La Pallice et Tonnay-Charente, la SICA Atlantique souhaite aller plus loin : elle sollicite les coopératives adhérentes pour une augmentation de capital pour pouvoir investir massivement dans des outils. Selon Vincent Poudevigne, son directeur, «la Sica est repartie pour faire un nouveau record cette année : nos outils sont devenus obsolètes à ce niveau de trafic. Un portique était HS depuis quelques années. Nous l’avons ferraillé. Nous nous reposions sur un seul portique, limité en capacité de chargement. L’important dans nos métiers est de réduire le temps d’escale des navires et donc de faire des temps de chargements le plus possible. Nous avions accompagné cette démarche par la construction d’un nouveau portique 1500 t/h, qui est arrivé il y a quelques années. Mais pour l’alimenter, il faut continuer en amont, tronçon par tronçon, pour que le minima de transit à l’intérieur de la SICA soit 1500 t/h, plus les 1000t/h pour l’ancien portique.»  Les silos coopératifs portuaires  affichent un chiffre d'Affaires consolidé  de plus de 32 M€ et emploient plus d’une centaine de salariés. Selon le directeur général de la SICA, «l’évolution de ce programme-là, 15 M€, se poursuit.» Pour ce faire, l’augmentation de capital, après les crises financières de 2008, se justifie par un ratio d’endettement «qui n’était pas accepté par les partenaires financiers.» Il faut donc renforcer les fonds propres de la SICA : le capital sera doublé (2M€ de capital social aujourd’hui), appel à des comptes courants bloqués («pari réussi, 2 M€ d’apports neufs»). Le reste sera recherché auprès de «partenaires financiers», «ceux qui nous ont toujours accompagnés dans notre développement.» Vincent Poudevigne souligne que cette demande auprès des coopératives devrait à l’avenir permettre un chargement des céréales dans de meilleures conditions.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

27-09-2018 | L'Agriculteur Charentais

Céréales

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10,6 %
A la fin juillet 2018, le cumul sur douze mois du nombre de défaillances d’entreprises (tous secteurs d’activité confondus) s’est élevé à 53 000, soit une baisse de 4,7 % sur un an, indique la Banque de France dans un communiqué un 11 octobre. «Les secteurs de l’agriculture, des activités immobilières et de l’industrie enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur douze mois (respectivement - 10,6 %, - 6,8 % et - 6,6  %).» Les défaillances diminuent aussi dans la construction (- 6,4 %) mais elles augmentent dans les transports et l’entreposage (+ 8,7 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui