L'Agriculteur Charentais 08 juin 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Sica Atlantique : Pendant la mauvaise récolte, les chargements portuaires continuent

Le chiffre d’affaires diminue car la récolte a été mauvaise et donc moins exportée. Mais les filiales continuent de progresser.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vincent Poudevigne, directeur du groupe et Louis Tercinier, président.
Vincent Poudevigne, directeur du groupe et Louis Tercinier, président. - © AC

L’impact semble loin et pourtant, la mauvaise récolte 2016 est là, consignée dans les chiffres : les chargements ont été moindres sur les quais de La Rochelle ou de Tonnay Charente. Et sur ce front-là, la Sica portuaire, émanation des coopératives, subit les conséquences des tonnages en baisse. Avec sérénité, acquise dans l’expérience des années «sans», tant Louis Tercinier, son président que Vincent Poudevigne, directeur général du groupe pondèrent : «une année agitée, mais traitée avec agilité.» Cette récolte 2016, «la pire depuis des décennies» faisait suite à une année des records : 3,12 Mt en 2015. Si l’hinterland a été «épargné» sur 2016, si la qualité n’en est pas altérée, c’est de l’absence des autres que le trafic portuaire des céréales a pâti. Pas de blé de qualité meunière dans le Nord de la France et c’est autant d’exportations en moins.


Lire la suite dans notre édition papier du 2 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.