L'Agriculteur Charentais 22 mai 2014 à 09h59 | Par Alexandre Merlingeas

SICA BAGNOLET - Hennessy voit toujours l’avenir en grand

LVMH a donné son accord pour la construction d’une deuxième usine d’embouteillage à Salles-d’Angles et que le stockage sera étendu au Bas-Bagnolet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bernard Peillon, PDG d’Hennessy.
Bernard Peillon, PDG d’Hennessy. - © VC

5,8 millions de caisses écoulées en 2013 ! Il s’agit d’un joli record pour la première maison de cognac. La «moralisation» instaurée par le président Xi Jinping en Chine et la crise en Europe de l’ouest ont tout juste érodé la croissance d’Hennessy qui se situait + 3,2 % l’an dernier contre une moyenne de + 4,5 % par an depuis 20 ans. Pas de quoi entamer l’enthousiasme de Bernard Peillon, le PDG. Au contraire, cet «aléas» chinois semble avoir encore renforcé sa foi au modèle de développement d’Hennessy qui s’appuie sur un déploiement équilibré sur l’ensemble des marchés mondiaux et les qualités VS. «Notre couverture géographique mondiale nous permet de faire face aux soubresauts et aux incertitudes des marchés mondiaux», a-t-il déclaré lors de l’assemblée générale de la Sica de Bagnolet le 14 mai dernier sur le site de stockage du Haut Bagnolet.Si Hennessy a réalisé – 6 % en Chine, elle a progressé de + 4 % sur les autres pays d’Asie (Taïwan, Vietnam, Malaisie, Cambodge, Inde…). «La Chine ne pèse que la moitié de notre activité en Asie», a rappelé Bernard Peillon. Contredisant la stratégie de premiumisation des autres marques de cognac, Hennessy a lancé en Chine Le VS Classium pour attirer une clientèle plus jeune, entre 20 et 30 ans (400 millions de personnes en Chine !) et concurrencer des marques comme Johnnie Walker Black ou Chivas 12 ans d’âge.

Lire la suite dans notre édition du 23 mai


Les chiffres de la SICA

Les achats de la Sica de Bagnolet en 2013 : 87 000 hl/AP (+ 29 % par rapport à 2012). Les ventes à Hennessy ont été de 100 000 hl (+ 32 %) pour un chiffre d’affaires de 158 millions d’euros, en forte hausse en raison de l’augmentation des prix d’achat (+ 23 % en trois ans). En 2014, 90 000 hl/ AP ont été rentrés (+ 3 %) alors que 98 500 hl/ AP ont été vendus pour 155 millions d’euros. La baisse des stocks est de – 7 % en volume et – 3 % en valeur. En 2013, le prix moyen de ventes des eaux-de-vie atteignait 1583 €hl/ AP contre 1377 € en 2012.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui