L'Agriculteur Charentais 27 octobre 2016 à 08h00 | Par Actuagri

Social : La MSA en première ligne face à la crise

Pour atténuer les conséquences des crises agricoles, la MSA réaffirme son rôle de premier interlocuteur des agriculteurs en difficulté.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En 2015, 30 % des déclarations de revenus professionnels des exploitants au réel faisaient état d’un revenu inférieur à 4 248 € par an, contre 18 % en 2014, et avec une récolte 2016 catastrophique par rapport à celle de 2015, «on pressent des revenus 2016 très faibles», explique Pascal Cormery, président de la MSA, inquiet de ressentir sur le terrain «des gens plus résignés que combatifs». Lors de sa conférence de rentrée, le 11 octobre, la MSA a rappelé son rôle de premier plan auprès des agriculteurs qui subissent depuis deux ans les répercussions de la crise. De nouvelles mesures ont été mises en place en 2016 : suppression complète de l’assiette minimum de la cotisation d’assurance maladie maternité Amexa, qui a de plus été abaissée de sept points, possibilité de choisir à titre exceptionnel l’option N-1 pour le calcul des cotisations, année blanche sociale, 60 millions d’euros de prises en charge de cotisations.

Lire la suite dans l’édition papier du 21 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).