L'Agriculteur Charentais 17 septembre 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Soja

Visiter des parcelles réalisées par des agriculteurs et non en essais, c’était la proposition, début septembre, de Terre Inovia

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Avant que la récolte ne commence, Terre Inovia avait décidé de faire le tour de parcelles de soja chez des agriculteurs du Poitou Charentes. Grâce la volonté de bâtir une filière soja par trois opérateurs Corea, Sèvre et Belle et Charentes Alliance, les surfaces ont augmenté depuis 2014. Elles sont passées dans la région de 1210 ha en 2014 à 2800 ha en 2015 (estimation août). En France il y en avait 75 000 ha en 2014 et on prévoyait plus de 100 000 ha (+33 %). «L’idée est de faire une culture de printemps dans les cultures d’hiver, si on parle en termes de rotation» expliquait Elodie Tourton, dans les parcelles de soja où se trouvait une dizaine d’agriculteurs de l’Aunis, «sous réserve que l’OS collecte… Cela fait aussi une limite des apports d’engrais.» Implanté de la  mi-avril à la fin mai, le soja se récolte début septembre. «En Poitou Charentes, nous ne sommes pas aux rendements que l’on peut observer dans d’autres régions françaises.» Les tableaux affichent une moyenne de 25 q/ha, mais Elodie Tourton ne consigne pas ces chiffres sur les premiers retours de récolte régionale, mais des fourchettes allant de 15 à plus de 30. «Le facteur limitant reste l’eau !» En parcelles irrigables, la culture de soja ne pose pas de problèmes, en terre en réserve hydrique suffisante, comme en marais, aussi. Même si ces dernières terres se réchauffent moins vite en sortie d’hiver.

 


Lire la suite dans notre eédition papier du 18 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.