L'Agriculteur Charentais 29 octobre 2015 à 08h00 | Par Maéva Pallas

Solution : En cas de coups durs, pensez au service de remplacement

Le chef d’entreprise agricole est indispensable au fonctionnement de cette dernière. Sauf si, il en est empêché.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Copyright : Christian Sardin

Dans les exploitations agricoles une présence au quotidien est nécessaire afin d’assurer la continuité des travaux et de l’activité. Ainsi, en cas d’accident ou de maladie, le service de Remplacement est à vos côtés pour assurer le meilleur remplacement possible même dans l’urgence.
Que ce soit en cas d’empêchement temporaire ou d’absence prolongée, le Service de Remplacement s’engage à mettre à disposition un agent de remplacement qualifié pour la mission confiée. L’employeur de cet agent reste le Service de Remplacement et donc l’ensemble des démarches administratives est pris en charge.
Par ailleurs, sachez que des aides sont possibles avec la Mutualité Sociale Agricole. Le dossier de demande d’aides au remplacement est à réaliser auprès des services de la MSA. Néanmoins, pour toutes questions relatives à ces démarches le Service de Remplacement peut accompagner dans la démarche.
Pour toutes informations complémentaires sur le remplacement et les prises en charge en cas de maladie et d’accident, n’hésitez pas à contacter le Service de Remplacement de votre département.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».