L'Agriculteur Charentais 30 mai 2013 à 18h18 | Par l'Agriculteur Charentais

Soufflet - L'explication faite aux champs

Le groupe Soufflet a présenté des innovations à Sainte Gemme et la vie de son groupe à Marans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Le «climat» était sur toutes les lèvres. En arpentant la vitrine dressée avec ses partenaires, le groupe Soufflet Atlantique ne pensait pas que la température et la pluviométrie alimenteraient autant les conversations et les interrogations de leurs clients venus de toute la région. Bi-annuelle, cette réunion fait à la fois le point sur «l’offre Soufflet», mais aussi dévoile de nouvelles pistes, des «choses différentes.» Et cette année n’a pas failli à la tradition entre la fosse creusée pour «détecter les bactéries à l’œuvre» et la machine à enterrer l’irrigation. Entre autres. Voilà deux ans que le groupe Soufflet Atlantique a repris SPS négoce. C’était donc l’occasion de rassembler les clients de Vendée et de Charente-Maritime. Avec une thématique explicite, «innover pour progresser», les plates-formes de Sainte Gemme (17) et de Corpe (85) connurent un vif succès. «Cette année l’accent a été mis sur des nouvelles techniques d’irrigation économe en eau, mais aussi sur des produits qui permettent de stimuler la vie du sol afin d’ajuster les doses d’engrais au plus près des besoins des plantes.» Prenaient aussi place autour des parcelles d’essais en blés et en orges, des espaces démonstratifs sur les couverts végétaux et des matériels pilotés par GPS.

 

Lire la suite dans notre édition du 31 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui