L'Agriculteur Charentais 19 décembre 2013 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Stockage - Un cinquième des eaux-de-vie abrité par l’Oreco

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La valeur assurée du stock de l’Oreco (Organisation économique du cognac) à Cognac dépasse le milliard d’euros. Un cinquième des eaux-de-vie se retrouve dans ses chais. Au 30 juin 2013, le volume des eaux-de-vie entreposées dans les chais d’Oreco s’élevait à 706 200 hl AP, en hausse de 14 % par rapport au précédent exercice.  Mais le million d’hectolitres avait déjà été dépassé en mars dernier, pour atteindre un maximum de 1,035 million d’hectolitres en mai. Tous ces lots (plus de 9000), constitués à 99,98 % d’eaux-de-vie de cognac, sont la propriété de près 1500 déposants. La valeur assurée dépasse le milliard d’euros ! Pour stocker cet or liquide, Oreco a réceptionné quatre nouveaux chais de 40 000 hl à Merpins entre juillet 2012 et mai 2013. En tout, les cinq sites, propriété d’Oreco à Merpins, Saint-Martin, Pierre Levée, Mas  d’Usson et Luprie, comptent désormais 68 entrepôts, sans compter les locations. Y sont stockés en majorité des comptes 0 à 4. A noter que les mouvements d’entrées et de sorties de cognac se sont amplifiés de 14,2 % par rapport à l’exercice 2011-2012. Mais il n’a été réceptionné que 8 hl AP pour la récolte 2012, ce qui porte le volume total de la réserve de gestion à 12 550 hl AP.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.