L'Agriculteur Charentais 31 juillet 2014 à 08h00 | Par Arvalis

Stocker des grains germés à la ferme : Une conduite rigoureuse du stockage et de la ventilation s’imposent

Le stockage de grains germés sur pied dans des installations fermières est possible mais pas à n’importe quelle condition.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avant la mise en cellule, il est particulièrement important de bien nettoyer le grain afin de séparer les bons grains des débris végétaux et des germes plus humides.
Avant la mise en cellule, il est particulièrement important de bien nettoyer le grain afin de séparer les bons grains des débris végétaux et des germes plus humides. - © ARVALIS – Institut du végétal.

Le temps frais et pluvieux de ces dernières semaines a pu entraîner dans certaines régions des phénomènes de germination sur pied des céréales à paille. La germination des grains dégrade fortement leur valeur meunière  mais n’affecte pas leur valeur nutritionnelle pour l’alimentation animale. Il importe donc de bien identifier les parcelles touchées et de ne pas mélanger des lots germés avec d’autres qui ne le seraient pas. De la même manière, ne pensez pas améliorer un lot ayant un temps de chute de Hagberg dégradé en le mélangeant avec un lot au TCH plus élevé : ce critère n’est pas additif, le mélange aura un TCH proche du lot le plus mauvais. 

Bien nettoyer les grains avant la mise en cellule
Sauf à disposer de capacité de séchage, la récolte doit se faire à une teneur en eau compatible avec un stockage de bonne qualité, c’est-à-dire inférieur à 16%. Avant la mise en cellule, il est particulièrement important de bien nettoyer le grain afin de séparer les bons grains des débris végétaux et des germes plus humides qui pourraient affecter la qualité de la conservation et occasionner des échauffements.

Lire la suite dans notre édition du 1er aout

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

27-09-2018 | L'Agriculteur Charentais

Céréales

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10,6 %
A la fin juillet 2018, le cumul sur douze mois du nombre de défaillances d’entreprises (tous secteurs d’activité confondus) s’est élevé à 53 000, soit une baisse de 4,7 % sur un an, indique la Banque de France dans un communiqué un 11 octobre. «Les secteurs de l’agriculture, des activités immobilières et de l’industrie enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur douze mois (respectivement - 10,6 %, - 6,8 % et - 6,6  %).» Les défaillances diminuent aussi dans la construction (- 6,4 %) mais elles augmentent dans les transports et l’entreposage (+ 8,7 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui