L'Agriculteur Charentais 14 novembre 2013 à 08h00 | Par RA - ML

Stratégie d'entreprise - Les préconisations de la Saf

Dans son rapport qui s’adresse aux chefs d’entre-prise agricole, la Saf développe six grands thèmes déterminants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

1 - Développer le partenariat au sein des filières
C'est le sujet central, selon le groupe de réflexion, car la filière agricole, qu'elle soit matérielle ou immatérielle, constitue «la colonne vertébrale des territoires». Dans son ensemble en effet, la filière crée les marchés et l'innovation. Or, les territoires doivent s'édifier autour des marchés pour s'inscrire dans la durée, rappelle la Saf. Pour ce faire, la filière agricole doit privilégier les relations de partenariats, «et non plus les rapports de force». Il faut aussi un animateur qui porte l'ensemble, mais pas un arbitre. Les interprofessions doivent par ailleurs être renforcées, rendues plus dynamiques, suggère le think tank agricole. 

2 - Dans l'attente d'une vision transversale de la politique territoriale
La Saf estime qu'il faut faire de l'attribution de la gestion du deuxième pilier aux régions «une chance». L'objectif est de redonner plus facilement la parole aux acteurs et aux entreprises. Par ailleurs, des éléments du premier pilier auraient dû être régionalisés, comme le verdissement, parce qu'il tient compte de réalités locales. D'autres domaines n'auraient en revanche pas du être décentralisés, notamment la gestion des risques. Les projets de contrat Etat-régions entrent également dans ce volet. Les éléments du deuxième pilier sont souvent déclinés dans ces fameux contrats de projet Etat-régions. 

3 - Villes-campagnes : des ceintures vertes aux ceintures alimentaires
«Désormais, les villes s'approprient les champs», a déploré Carole Zakine, responsable du pôle réflexion à la Saf. D'où d'emblée cette préconisation : «Il faut travailler la complémentarité de l'urbain et du rural», en faisant des terres agricoles, porteuses d'une activité économique, un élément central de la politique alimentaire des villes et de la qualité de vie de ses habitants. Le groupe de réflexion suggère par ailleurs d'inventer une gouvernance concertée villes-campagnes. L'objectif étant de favoriser les échanges de services avec une meilleure intégration des besoins du monde agricole et rural (santé, formation, recherche, infrastructures, promotion) et répondre aux aspirations des citadins (alimentation, environnement, culture et valeurs). 

4 - Des investissements environnementaux avec une fiscalité incitative
Intégrer l’environnement dans l’entreprise agricole, dans son fonctionnement et sa logique et non plus le subir : tel est le maître mot de la Saf, au chapitre «territoires environnementaux» de son rapport. Pour réussir cette transition, le think tank estime nécessaire de faire de l’innovation agricole et environnementale «un principe de droit rural» et de l’inscrire dans le code qui le régit. La Saf plaide en outre pour un droit de l’environnement qui intègre pleinement les «préoccupations économiques et sociales», qui tienne compte de «la réactivité et de l’évolution de l’activité agricole» et évite toute approche figée. 

5 - Au-delà des aides : pour une Pac qualitative
Il s'agit de mettre en place une Pac «plus flexible, plus simple et plus dynamique» qui promeut les projets d'entreprise agricole pour les inscrire dans la durée. La Saf suggère de travailler sur des périodes de transition dès que des aides Pac sont supprimées ou même modifiées. Elle constate par ailleurs que la Pac 2014-2020 est dominée par la question de distribution des soutiens directs sans parvenir à concrétiser une vision d'avenir concernant la Pac à l'horizon 2020. «Enlisée dans son cadre budgétaire», il s'agit de lui redonner du sens, a indiqué Christian Bonnetier, membre de la Saf. «Le maintien des deux piliers ne doit pas signifier une approche sectorisée du traitement des dossiers. Tout doit être connecté, piliers et règlements». La Pac française doit par ailleurs être guidée dans les régions par un schéma national de cohérence. Le groupe de réflexion juge opportun de créer un organisme dédié (de type cluster) pour accompagner les agriculteurs dans le choix des aides en fonction de leur projet d'entreprise.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui