L'Agriculteur Charentais 17 avril 2014 à 11h04 | Par Bernard Aumailley

Supplément semstriel - L'Agriculture multiperformance

Imaginer répondre à plusieurs enjeux ou défis : de production, environnemental, sociétal. Comment y parvenir ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Projeter à dix ans. Plans sur la comète incertaine? Mettre au coeurd’aujourd’hui ce quedemain sera fait. Semer pourrécolter à la fin d’une décenniepeut-être avant. Mais quoisemer ? Que choisir de semer ?Des systèmes de productionagricole innovants. Mais l’agriculturefrançaise a toujours étéinnovante. D’ abord pourdavantage produire, ensuitepour nourrir, encore plus êtreplus en adéquation avec sonmilieu. Des enjeux qu’elle arelevés, ici en Charente-Maritime,comme ailleurs.Aujourd’hui, dit-on, il fautconcilier durabilité et productivité.Du second aspect oncroit avoir exploré les tenantset les aboutissants, sans forcémentles utiliser. Pour des questionsde coût, d’investissements,de choix éthique.Lancinante question de nourrirune planète sans apurertoute son essence aux agriculturesproductives. Certainsveulent remettre l’agronomieau coeur de la problématique ;d’autres zonent les choix stratégiquesde production s’interdisantdes voies possibles,des voies nouvelles. L’agriculture,telle qu’elle est faiteaujourd’hui, découvre sonimpact sur le milieu. L’avaitellevraiment oublié dans sacréation de richesses. Ressourcesen eau, en phosphore,en énergie fossile s’amenuisentou se raréfient. Quantitativementou réglementairement.Le coût énergétique de la productionagricole vient percuterles modèles élaborés depuis50 ans. Qu’a-t-on à proposeren remplacement commealternative ? Une transitionvers une agriculture multi-performanteémerge. Des pistes.Quelques acquis. Des pionniers.Mais aussi des impassesposant question. L’agriculturede demain se cherche «pourconcilier performance économique,acceptabilité sociale etperformance environnementale» (1). Dans sa simplification,c’est l’agro-écologie.Ce virage n’est pastout tracé. «Il fautéviter deux écueils»écrit l’INRA dansson rapport «versdes agricultures àhautes performances» : «toutd’abord croire que lessolutions existent d’oreset déjà, et que pour mettreen place une agriculturefrançaise à la fois compatibleet écologique, il suffit d’assurerle transfert et la généralisationdes sucess stories d’exploitationsinnovantes serait une erreur.»Comprendre pourquoi celamarche est le défi des instituts.La vulgarisation pour faireavancer globalement la mécaniqueaussi. Mais l’expérienceau niveau de l’entreprise agricolene peut se départir de lanotion de filières. Agriculturede conservation, agriculturebiologique, agriculture raisonnée,agriculture écologiquementintensive… l’agriculturese perd dans son dédalesémantique, mais note la variabilité,lapluralité desenjeux, des pratiques actuelles,des performances économiques,environnementales.Naissent alors de nouveauxparadigmes : Efficience, substitution,reconception. Vieuxquand même de 20 ans. A leurtamis, l’agriculture multi-performantedoit croître. Individuellementet collectivement.Vous voulez quoi aujuste ?Qu’attend-on d’une exploitation? Multi-fonctionnelle, elleest. Multi-fonctionnelle, elle lerestera, mais jaugée aux performancesattendues. Les indicateursfont florès. Leur interprétationtout autant. Danscette performance recherchée,l’eau et son cadre de DCE(2), laloi sur l’eau, la réduction desrecours aux produits phytosanitaires(Plan Ecophyto), decelui des antibiotiques (PlanEcoantibio), la maîtrise deseffluents d’élevage (DirectiveNitrates), de l’énergie (LoisGrenelle, Plan Climat), il faudrafranchir de nouvellesétapes. Première d’entre elles,le sol. Tous d’accord. Sur laquestion préservation de laqualité des sols, il va falloirdéfricher sans «objectif explicite» (3). Seconde étape : à larecherche de biodiversité(trames, verdissement, Natura2000, MAET). Comme pourdire que les feuilles de routesont déjà là.Tout part de l’exploitation agricole.Au coeur du système. 35critères pour juger de sa performance,dans la production,l’économie (viabilité), les ressourcesnaturelles et leur utilisation,le niveau de préservationou d’amélioration de laqualité de l’environnement(qualité des sols, de l’eau, del’air, biodiversité) et enfin lesocial (qualité de vie de l’agriculteur,du ménage agricole,des salariés agricoles).Dans la partie économie, onparle desoldes de gestionconnus (charges variables,valeur ajoutée, EBE, résultatcourant avant impôt), maisaussi d’indicateurs de rentabilité(VA/c.a.), de robustesse(autonomie productive de l’exploitationvia les intrants,dépendance aux aides directes,diversité des productions,endettement). Puis un nouveaucritère de performance : l’exploitationest-elle transmissible?Côté ressources naturelles,c’est ce que «consomme» l’exploitationen énergie, en eau,en phosphore. Côté social sontinclus la qualité de vie de tous,la quantité et la qualité de travail,le potentiel d’expositionaux risques pour la santé.Quelle carte abattreTout s’élargit autour de lanotion de filière ou d’environnementsocio-économique,coincé entre amont et aval. «Leniveau d’intégration des exploitationsau sein de leur filière estun facteur très important quiformate les systèmes» écritl’INRA «et contribue à définirles marges de manoeuvres réellementdisponibles pour l’exploitation.»Reste aussi au temps à passersur ces indicateurs, à les moduler,les lisser, les amplifier oules réduire. Rupture ou continuité? Tout dépend des avancéestechniques, de leur introductionet à quel degré. Lamulti-performance se résumeraità un jeu de cartes. Certainess’allient, d’autres sontimpossibles à avoir. Elles sonttoutes à abattre à bon escient.Voici le défi des dix prochainesannées.


(1) travaux du Millenium EcosystemAssessment(2) directive cadre eau(3) dans «vers des agricultures àhautes performances», étude duCommissariat général à la prospective.

 


Atouts consacre un dossier de 12 pages aux agricultures hautes performances avec son numéro du 18 avril.



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
183 000 hl
D’après les donnees des contrats d’achat a  finoctobre 2016, les transactions en vrac de vins deFrance SIG et de vins IGP reculent par rapporta  la campagne 2015- 2016 pour les vins rougeset blancs et progressent en roses (apre s unecampagne particulie rement faible). Toutes couleurs confondues, les volumes de ventes sontlege rement inferieurs a  la campagne precedenteen vins AOC avec une stabilite des ventes enrouges et une baisse en blancs et roses.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui