L'Agriculteur Charentais 22 juillet 2016 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Tech&Bio montre la voie aux 3 000 visiteurs

3 000 visiteurs ont visité Tech&Bio au lycée viticole de Libourne. Au programme : conférences et démonstrations dans une optique de réduction, voir d’arrêt, des pesticides.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © C.A.33

La réduction des pesticides, la promotion de pratiques culturales plus respectueuses de l’environnement et l’agriculture biologique étaient les grands leitmotivs de ce Tech and Bio qui s’est déroulé (pour la deuxième fois après 2012) les 6 et 7 juillet au lycée viticole de Libourne. Cet événement organisé par la Chambre d’agriculture de la Gironde et la Chambre régionale d’agriculture marque une prise de conscience importante et une volonté de faire évoluer les pratiques des viticulteurs dans le bon sens. Les attentes sociétales sont fortes et la Région, le CIVB et l’État ont profité de la manifestation pour établir une feuille de route basée sur Ecophyto 2 pour une réduction durable des pesticides, d’abord, dans le vignoble du Bordelais, avant de l’étendre aux autres vignobles.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 15 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.