L'Agriculteur Charentais 28 novembre 2013 à 08h00 | Par catherine Longueville

TECH' ELEVAGE - On veut revenir à Tech’Elevage

Sélectionneurs, organisateurs et exposants, vendredi à la clôture du nouveau salon : tous avaient le sourire. La sauce a pris. 7000 participants pour une première, c’est un beau succès.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les supporters à fond pour encourager leur starlette en compétition.
Les supporters à fond pour encourager leur starlette en compétition. - © VA

«Cette convialité fait plaisir à voir» se réjouissait vendredi soir, Hervé Pillaud, président du salon Tech’Elevage. «Dans un contexte économique tendu, ce rendez-vous  qui associe  la génétique et les innovations se révèle un bon antidote à la crise et donne le moral aux éleveurs.» Pour l’agriculteur des Moutiers-sur-Lay, cela ne fait aucun doute : ce salon sera reconduit l’an prochain aux mêmes dates. Joël Limouzin, président de la Fdsea partage cet enthousiasme. «Nous avons su jouer sur la complémentarité et chaque éleveur  a pu trouver chaussure à son pied.» Cette satisfaction et cet optimisme, les exposants la partagent aussi. «Jusqu’à maintenant, nous étions présents  à la Fête de l’agriculture avec un public de ruraux. Ce Tech’ Elevage permet de voir nos clients et de prendre des contacts, pour nous c’est un bon salon professionnel» témoignent les représentants de KBEA, spécialiste des charpentes métalliques et bardages bois et le désamiantage. Même écho, du  centre de gestion Proconseil : «Je m’y retrouve très bien. Nous voyons nos adhérents, nous rencontrons des responsables agricoles et les conférences nous permettent de nous familiariser avec les nouvelles technologies» explique Vital Lemasson, son directeur.  

Génétique, économies d’énergies
Côté innovations, les entreprises ont joué le jeu. Tout ce qui peut se trouver aujourd’hui sur le marché pour la détection des chaleurs et des vêlages était présenté. Les procédés pour le traitement de l’eau en élevage étaient également mis en avant.  Chacun a sa technique. L’entreprise Elvéo injecte  du Co2 dans l’eau : «cela augmente la rumination et permet d’améliorer la digestibilité.» Chez MCW, c’est un traitement par électrolyse de l’eau. «Peu coûteux, il permet aux éleveurs hors-sol d’utiliser moins d’antibiotiques» argumente Claude Méchineau. Le Géo Trouvetou vendéen de Saint-Aubin-des-Ormeaux, déjà détenteur de 5 Innov’space dit se régaler avec ce nouveau salon. «J’ai eu des contacts et j’ai au moins 5 rendez-vous en perspective.»L’aménagement des bâtiments avec comme fil conducteur l’économie des énergies a fait recette. La société AMR de Beaurepaire présentait ses nouveaux systèmes de ventilation pour poulaillers et porcheries. «Les chauffages avec échangeur de chaleur d’air frais de l’extérieur et chaud de l’intérieur font économiser au moins 15 jours de chauffage et les litières sont davantage sèches.» L’entreprise Degré confort quant à elle avait en démonstration son nouveau système de récupération de la chaleur du compost pour chauffer les bâtiments avicoles. «Au bout du compte on améliore le sanitaire et l’indice de consommation avec un gain de près de 1 €/m2/lot» souligne Gilles Humeau. Autant d’arguments qui n’ont pas laissé indifférents les éleveurs à la recherche de gains de productivité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui