L'Agriculteur Charentais 02 janvier 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Terre Atlantique - L’abeille, multiplicatrice de semences

La production de semences est une composante majeure de la coopérative.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

A regarder le bilan qu’a dressé la coopérative Terre Atlantique de la filière semences de tournesols, il y a là une technicité sans égal. Avec sa station de semences d’Aigrefeuille, la coopérative anime dans ce créneau un réseau de 75 multiplicateurs avec 1 300 ha, autour de Yannick Delhomme. «2013 a donné du fil à retordre aux agriculteurs» synthètise-t-il. Pour le responsable des productions tournesols à Terre Atlantique la venue de Fabrice Allier, de l’institut de l’Abeille et de Patrice Goffard, Bayer, valait, lors d’une matinée bilan-discussion, l’intérêt. L’abeille est le quatrième agent multiplicateur après l’agriculteur, le semencier et la coop. Elles transfèrent le pollen et dépendent de ce transport local entre plantes mâles et femelles, la quantité et la qualité des graines produites. «Depuis des années, Terre Atlantique a consolidé sa relation technique avec les apiculteurs, dans des réunions, des cartographies de parcelles, des colonies, des groupes de travail sur le nourrissement des ruches, l’impact environnemental de la pollinisation» détaille-t-il. Comme Julien Delaunay, apiculteur en Vendée, il croît aux échanges dans ce type de réunions. D’autant que l’on a aussi échangé autour de bonnes pratiques agricoles, sur les ressources alimentaires de l’abeille, sur des itinéraires culturaux plutôt favorables aux pollinisateurs. Le tout s’est fini par une visite conjointe de la station de semences. Cela fera prochainement l’objet d’une enquête de l’Agriculteur Charentais.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui