L'Agriculteur Charentais 20 mars 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Tonnay Boutonne - L’épicier de l’alimentation animale travaille à la coop

Il propose aux éleveurs des formules de mélanges de matières premières produites en grande partie par les autres coopérateurs et ces mêmes adhérents. Que des potions magiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bruno Gorron, Freddy Vinet «le faiseur de potion magique», Philippe Antonin.
Bruno Gorron, Freddy Vinet «le faiseur de potion magique», Philippe Antonin. - © AC

La coopérative de Tonnay Boutonne s’est fait une «spécialité», celle d’offrir un panel intéressant de matières premières pour l’alimentation animale assorti d’un conseil nutritionnel des troupeaux. Pas nouveau, mais la chose prend de l’ampleur dans une coopérative dont l’autre pan est la collecte et la commercialisation de céréales et d’oléagineux. Maître artisan de cette proposition «d’assembleur de matières premières», Freddy Vinet. Le même qui officie pour mettre en place et animer le concours-foire. Ce dernier aura lieu cette année le lundi 31 mars, toujours au pied des silos de la coopérative. Avec autant d’animaux «… et d’acheteurs» s’empresse-t-il d’ajouter. Le succès de ce concours-foire n’est plus à démontrer. Il permet donc de mettre en avant un savoir-faire de la coopérative dans les «mélanges à façon» de l’alimentation animale. Intarissable, Freddy Vinet, très proche des attentes et des besoins des éleveurs adhérents de sa coopérative, conçoit des «formules» sur les bases des stocks disponibles et des nécessités des animaux. Quoi de mieux que de suivre, «dans l’exploitation», la destination de ces mélanges concoctés coop. Chez Bruno Gorron et Philippe Antonin éleveurs de Limousines à Puy du Lac, quelques kilomètres à vol d’oiseau de la coop. D’emblée, Bruno Gorron différencie : ration d’entretien et ration d’engraissement. «Deux rythmes différents.» S’il a des exigences, surtout en période de fertilité, d’inséminations, de lactations, de gestations ou de vêlages, le «savant cocktail», instillé par Freddy Vinet sur le cheptel, il le raisonne surtout sur un principe : être autonome en alimentation animale. Tout comme Philippe Antonin. Principe qui oblige à quelques savants calculs, d’année en année, de mois en mois, en fonction des récoltes, selon la disponibilité.

Lire la suite dans notre édition du 21 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
23 000
C’est le nombre record d’entrées engrangées par la Fête du cognac, avec des concerts à guichets fermés de LEJ le 28 juillet dernier. Aaron et Synapson ont totalisé 8000 spectateurs. Caravane palace a fait 7000 entrées. Des chiffres qui devraient redonner du baume au cœur aux organisateurs qui l’an dernier présentaient un déficit de 53K€.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui