L'Agriculteur Charentais 15 mars 2018 à 14h00 | Par Bernard Aumailley

Tonnay Boutonne : Les bovins font-ils le bon poids pour entrer dans la barquette ?

Des dizaines d’animaux, autant d’éleveurs ont assuré le succès du concours foire, ce lundi, où acheteurs et vendeurs ont fait des affaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La pluie a quelque peu perturbé le déroulement de la matinée, mais concours et vente ont eu lieu.
La pluie a quelque peu perturbé le déroulement de la matinée, mais concours et vente ont eu lieu. - © AC

Des animaux, il y en avait. De la pluie aussi. Des éleveurs toujours présents. La pluie aussi. Mais elle s’est tenue, sous les averses de ce lundi matin. Un temps pour laisser le ciel déverser toute l’eau, les travées se vidaient. Lorsque revenait un temps plus clément, elles se remplissaient. Entre-temps sous les abris, on se reconnaissait, s’apostrophait, parlait de la conjoncture… et de la pluie. Les bêtes étaient toujours aussi dignes d’intérêt. Dans un premier temps elles avaient été scrutées sous toutes les coutures par des jurys qui attribuaient prix et récompenses. Un travail méticuleux tant l’excellence est au rendez-vous de cette 17ième foire concours. Brassard orange «jury» sur les blouses noires, ils regardent avec attention, jauge cambrures, cul des vaches.

Lire la suite dans notre édition papier du 16 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui