25 juillet 2013 à 10h55 | Par Tonnellerie de France

Tonnellerie - De bons résultats en 2012

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Luc Sylvain, président de la fédération des tonneliers de France, a annoncé de bons résultats pour 2012, lors de l'assemblée générale
Jean-Luc Sylvain, président de la fédération des tonneliers de France, a annoncé de bons résultats pour 2012, lors de l'assemblée générale - © Tonnellerie française

A l'occasion de la dernière assemblée générale de la fédération des tonneliers de France, son président, Jean-Luc Sylvain a présenté les résultats du secteur pour 2012.La production française de fûts était de 525 100 unités, pour un chiffre d'affaires de 328,5 M€. La tendance du marché réellement constatée, à périmètre constant, est de + 2,7% en volume (- 2,1% en France, + 5,4% à l'export) et + 6,8% en valeur (+ 1,3% en France, + 9,5% à l'export).Les tonneliers français ont exporté 66% de leur production, les principaux pays importateurs restant les Etats-Unis, l'Italie, l'Australie et l'Espagne. Si l’on assiste à une nette hausse des marchés asiatiques, les effets de la crise économique se font ressentir sur le «Vieux Continent», la croissance de la demande espagnole et italienne en fûts neufs s’étant érodée depuis la campagne 2011.Rattrapant ainsi son niveau d'avant la crise de 2008, la tonnellerie française demeure leader mondial, grâce à la qualité de sa matière première et au savoir-faire reconnu de ses tonneliers qui contribuent à l'élevage des vins les plus prestigieux à travers le monde.La profession emploie aujourd'hui 1 805 personnes (1 435 en tonnellerie et 370 en merranderie) qui, tout en maîtrisant des gestes ancestraux, ont su s'adapter aux techniques les plus innovantes.

Encourager la formation initiale

Pour s'assurer de toujours bénéficier d'une main d'oeuvre hautement qualifiée, la Fédération des Tonneliers de France encourage vivement la formation initiale (C.A.P. de tonnelier) et la formation continue au sein de ses entreprises adhérentes, au profit desquelles elle a d'ailleurs mis en place différents modules spécifiques.Trois établissements préparent, dans le respect de la tradition mais aussi des réalités techniques nouvelles, au métier de tonnelier par alternance : les C.F.A. de Blanquefort et de Cognac et le Lycée viticole de Bourgogne à Beaune, qui ont cette année permis à 54 jeunes de se former.En complément de ces démarches de formation, il est important pour la Fédération de mettre à l’honneur ses meilleurs ouvriers garants d’un savoir-faire traditionnel. Elle se félicite de la participation de nombreux salariés des tonnelleries françaises à la prochaine session du concours des meilleurs iuvriers de France.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui