L'Agriculteur Charentais 01 juin 2017 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Tourisme : Faire briller la destination Charentes

300 professionnels réunis à Châteaubernard alors que la création de Charentes tourisme, fruit de la fusion des deux agences départementales, sera effective le 16 juin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Hubert Lelièvre et Olivier Amblard.
Jean-Hubert Lelièvre et Olivier Amblard. - © VC

La 20e journée des acteurs du tourisme le 16 mai au Castel à Châteaubernard avait un goût spécial puisqu’elle s’est déroulée à quelques semaines de la fusion des deux agences du tourisme de Charente et de Charente-Maritime qui sera entérinée le 16 juin à l’issue des assemblées générales des deux agences. «Nous n’avons pas d’objectifs chiffrés. Nous voulons juste accroître les performances économiques, créer du flux, de la valeur et de la notoriété et gagner la bataille du désenclavement», a précisé Jean-Hubert Lelièvre, président de l’agence en Charente. «Nous avons des ambitions en termes de visibilité, notamment sur les réseaux sociaux», a tout de même ajouté Olivier Amblard, le directeur. Avec un budget de 5,9 M€, addition des deux structures, «il faudra faire mieux avec autant d’argent», selon le président de l’ADT 16.

Lire la suite dans notre édition papier du 26 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.