L'Agriculteur Charentais 22 juillet 2016 à 08h00 | Par Daniel Colin

Tous les types de pulvérisateurs concernés par le contrôle obligatoire

Jean-Marie Chaleix a fait découvrir l’apiculture à un groupe de viticulteurs des fermes Dephy Ecophyto. L’occasion d’un échange sur les bonnes pratiques agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les nouveaux points de l’arrêté du 6 juin concernent le remplissage, l’incorporation et le rinçage du pulvérisateur. La mise en application du dispositif est prévue pour le mois de septembre.
Les nouveaux points de l’arrêté du 6 juin concernent le remplissage, l’incorporation et le rinçage du pulvérisateur. La mise en application du dispositif est prévue pour le mois de septembre. - © D. Colin

Désormais, le contrôle obligatoire doit s’effectuer pour tout matériel d’application de produits phytosanitaires ou biocides sous forme liquide. Ainsi, quatre catégories de pulvérisateurs sont différenciées dans le texte de l’arrêté.
La catégorie des pulvérisateurs pour arbres et arbustes concerne les matériels de traitement arboriculture et viticulture, avec ou sans assistance d’air, comme dans le précédent texte.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 22 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.