L'Agriculteur Charentais 28 avril 2016 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas - Bernard Aumailley

Traitements viticoles : Que les viticulteurs en parlent à leur entourage

Un arrêté est en cours de rédaction. Il faudra faire de la pédagogie chez et par les viticulteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean Bernard De Larquier
Jean Bernard De Larquier - © VC

Un projet vient de limiter l’usage des pesticides sur les vignes près des lieux publics. Un projet d’arrêté des deux Charentes devrait être soumis à la consultation publique dans les prochaines semaines. 40 communes charentaises se verraient interdites d’épandage à moins de 20 m des établissements accueillant du public. Notamment les écoles, 20 minutes avant et après la rentrée et la sortie des classes. Pour les crèches, les haltes garderies, ce serait interdit entre 7 h et 9 h et 16 h et 19 h.  Idem pour les cultures arboricoles, ce serait interdit les jours ouvrables à moins de 50 m. Les pulvérisateurs face-à-face à jet porté ou jet porté équipés de buses anti-dérive sont moins ciblés où l’arrêté s’appliquerait qu’à moins de 5 m. On pourrait faire si le pulvérisateur a un système de confinement, s’il y a une haie d’au moins 3 m, ou un filet paragrêle de 3 m.

Lire la suite dans notre édition papier du 22 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui