L'Agriculteur Charentais 06 novembre 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Trame verte et bleue : Cartographier, pour s’approprier la biodiversité

Un document a mis en couleurs les différents zonages. Reste poser la question de la mise en œuvre. Débat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Pour faire simple, il y a partout des zonages qui zèbrent la carte de France. Mais entre une Znief, une ZICO, une ZPS ou ZSC, un coin siglé Natura 2000, un autre site classé, une réserve de chasse, une Zap, un site du Conservatoire régionale des espaces naturels, un peuplement de fougères ou de faune. Des petits ilots ou plusieurs hectares en rase campagne ou au bord du littoral. Il faut ajouter une bonne urbanisation dans la région «les tâches urbaines», quelques surfaces d’infrastructures, toujours exponentielles, et la question du maintien de la biodiversité se pose. L’idée de départ, née des Grenelle successifs c’est de relier tout cela pour permettre une fluidité dans un territoire très fragmenté. En un mot, faciliter le déplacement des espèces entre les zones préservées, sur base de préservation de la biodiversité. Ces connexions sont appelées Trame verte et bleue (TVB), et elles doivent être identifiées au niveau régional à travers un Schéma régional de cohérence écologique (SRCE), inscrit dans le Code de l’Environnement. On a listé les espèces, les habitats, mes espaces déterminants, sur terre et sur mer, ajouté les zonages réglementaires. Il était, quasi prêt en juillet dernier, mais n’est toujours pas rendu public. La concertation se poursuit et surtout la cartographie de ce SRCE circule comme «document de cadrage» et «d’aménagement du territoire.» Le but est de connecter les populations pour mieux les préserver : «Pour ces raisons (viabilité génétique et conquête de nouveaux milieux), il apparaît nécessaire de permettre la libre circulation des espèces entre différents sites, favorisant la survie à long terme des espèces» dit ce SRCE Poitou-Charentes. L’Agriculteur Charentais a pu se procurer ce nouveau zonage. Et a suivi la récente journée sur le sujet au Forum des marais à Rochefort.

Lire la suite du dossier dans notre édition du 7 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
13 837
C’est le nombre de lapins détruits  par les ACCA et les lieutenants de louveterie en mars, sur la saison 2014 2015 en Charente Maritime. Les chasseurs en période de chasse font l’effort principal avec 11 294 prélèvements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui