L'Agriculteur Charentais 09 mars 2017 à 08h00 | Par Fabienne Lebon

Transfert de plantations : Le ministère répond présent

BNIC, UGVC et Syndicat des maisons de cognac ont été reçus par S.Le Foll, le 24 février.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans l’immédiat, une disposition juridique mettant un terme aux transferts de vignes et, à long terme..
Dans l’immédiat, une disposition juridique mettant un terme aux transferts de vignes et, à long terme.. - © AC

Joint fin février, Stéphane Roy, le président de l’UGVC, se montrait déjà confiant, envers le coup d’arrêt donné aux transferts d’autorisation de plantation. «Un premier rendez-vous avec le ministère de l’Agriculture a eu lieu le lundi 20 janvier avec la profession (UGVC, ODG, CNAOC…) et les retours sont très positifs. Le ministère est à l’écoute et a compris l’enjeu et l’urgence de ce dossier pour notre région. Une seconde rencontre devrait voir nos espoirs se concrétiser le 24 février». Et de fait, le deuxième rendez-vous fut le bon puisqu’en moins d’une heure de rencontre réunissant Christophe Véral et Catherine Le Page (BNIC), Eric Billhouet (ODG), Nicolas Baudry et Alexandre Imbert (UGVC), Patrice Pinet (SMC), le juriste Eric Tesson (CNAOC) et la députée Marie-Lyne Reynaud, devant le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, il était «décidé de renforcer les possibilités d’action de FranceAgriMer dans le cadre de la délivrance d’autorisations de replantation ». Une mesure qui devait entrer en vigueur cette semaine (le 1er mars), selon un communiqué du ministère. «Combinée aux autres outils disponibles (contrôle des structures) et à l’implication forte de la filière au travers notamment du Bureau national interprofessionnel du Cognac», cette disposition devait être intégrée à un arrêté interministériel relatif à la gestion du régime des autorisations de plantations de vignes au niveau français. Elle permettra «d’empêcher à court terme, l’aggravation des phénomènes de contournement», précise le communiqué du ministère. Qui entend aussi «préserver le modèle d’organisation collective de la filière et faire le nécessaire, avec, notamment, la prolongation du système des autorisations de plantation, pour accompagner son développement équilibré».

Lire la suite dans notre édition papier du 3 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
19,43 Mt
Coop de France nutrition animale et le SNIA viennent de publier leurs statistiques de production française d’aliments du bétail pour l’ensemble de la campagne 2017/2018. Depuis son apogée en 2001, avec 23 Mt, la production française a perdu 12 % de ses volumes.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui