L'Agriculteur Charentais 15 décembre 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Transformation de bois : 2.8 Mha de bois et forêt passent par la case transformation

La nouvelle région truste les premières places. Mais les départements ne sont pas leaders et surtout les essences traitées varient considérablement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Agreste

La nouvelle grande région a aggloméré la grande forêt landaise avec celle des flancs pyrénéens et les contreforts du Massif central et du Limousin. C’est maintenant le plus étendu de France. Mais là où l’on ne pensait pas avoir la première place, c’est en matière de sciage. La Nouvelle Aquitaine est aussi la première française : 2Mm3, un quart de la production nationale en sciage, bois sous rail et merrains.
En gros la récolte de bois qui alimente les industries de transformation forestière représente dans la région près de 10 millions de mètres cubes. Les trois quarts sont en résineux, pin maritime en tête. Une intéressante monographie d’Agreste régional vient d’être publiée. La Nouvelle Aquitaine est loin devant les régions du Grand Est et Auvergne-Rhône Alpes. Si la production de bois est stable au niveau national, celle pourtant de la Nouvelle Aquitaine est en légère diminution (-1,5 %).

Lire la suite dans l’édition papier du 9 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.