L'Agriculteur Charentais 02 février 2017 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Tuberculose bovine :

Bruno Richoux et Philippe Dubois affinent leurs recherches sur cette maladie infectieuse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Dubois et Bruno Richoux établissent un lien entre les sols calcaires, acides et pauvres en oligo-éléments, et le système immunitaire des bovins faible en sécrétion de gamma interferon qui lutte contre la bactérie.
Philippe Dubois et Bruno Richoux établissent un lien entre les sols calcaires, acides et pauvres en oligo-éléments, et le système immunitaire des bovins faible en sécrétion de gamma interferon qui lutte contre la bactérie. - © VC

«Nous avons un faisceau d’indices mais pas de preuves. On pense qu’il existe un lien entre des tests interferon ininterprétables et le système immunitaire», affirme Bruno Richoux, directeur du laboratoire départemental de la Charente. «Si nous avons raison, et on le pense, de toute façon ce n’est pas le seul élément qui fait apparaître la tuberculose».
Avec 5 cas en 2016 comme en 2015, la tuberculose bovine en Charente semble vouloir se stabiliser à un niveau plutôt bas. Bien loin des 12 cas observés en 2014 dans le département ou des 18 cas de la Dordogne en 2016, dont 8 récidives ! «Si on n’y prend pas garde la maladie pourrait revenir en Charente-Limousine par la Dordogne», prévient tout de même Philippe Dubois qui ne veut pas crier victoire trop tôt.

Lire la suite dans notre édition papier du 27 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui