L'Agriculteur Charentais 05 avril 2018 à 09h00 | Par Fabienne Lebon

UGVC : De la viticulture durable au cognac responsable

Phase 2 de son engagement envers le développement durable après la mise en place du référentiel, la filière du cognac se lance dans une démarche de responsabilité sociétale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour le président de l’UGVC : «Nous construisons aujourd’hui le cognac de demain : un cognac d’excellence et responsable sur son territoire»VC
Pour le président de l’UGVC : «Nous construisons aujourd’hui le cognac de demain : un cognac d’excellence et responsable sur son territoire»VC - © VC

RSE (responsabilité sociétale des entreprises), RSO (responsabilité sociétale des organisations) ou RSC (responsabilité sociétale du citoyen) quel que soit l’acronyme, «cette démarche sert à intégrer les enjeux du développement durable à plus ou moins long terme et selon une contribution volontaire et collective ». Voilà en substance comment Ywan Penvern et Victoire Selins, respectivement directeur et consultante du cabinet Deloitte (N.D.L.R. : le cabinet choisi par le BNIC pour mener à bien cette nouvelle mission de RSE) ont «expliqué ce qu’on met derrière la notion de responsabilité». Cette explication de texte a eu lieu mercredi 28 mars, devant un parterre de viticulteurs, réunis à l’occasion de la mise au courant de l’UGVC à Châteaubernard.

Lire la suite dans notre édition du 6 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.