L'Agriculteur Charentais 21 décembre 2017 à 08h00 | Par Estelle Bescond

UGVC : Redescendre les informations vers la base

Le syndicat a tenu son assemblée générale, le 14 décembre. Le point avec Christophe Véral, le président.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le président de l’UGVC, Christophe Véral, souhaite développer plus d’outils.
Le président de l’UGVC, Christophe Véral, souhaite développer plus d’outils. - © VC

Quels sont les chantiers pour 2018 ?
Christophe Véral : Nous allons poursuivre notre travail sur l’innovation pour les spiritueux au sein de la commission Appellation, ainsi que celui sur les contrats d’assurance. Envoyé aux assurances, un cahier des charges a été défini pour mieux protéger les viticulteurs avec un contrat qui prend en compte nos spécificités. Le projet Unesco avance peu à peu : plusieurs réunions ont eu lieu avec le BNIC et on s’est mis d’accord sur la constitution d’un bureau. C’est bien parti mais nous prenons le temps car nous ne voulons pas faire n’importe quoi. Évidemment, le syndicat va conserver son rôle de suivi des prix des achats des maisons de cognac, d’accompagnement et de défense des viticulteurs. Notre volonté est de redescendre les informations vers la base : en janvier, des réunions de secteurs vont être mises en place et je souhaite qu’il s’instaure une discussion avec nos adhérents.

Lire l'interview complète dans notre édition du 22 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui