L'Agriculteur Charentais 13 octobre 2016 à 08h00 | Par Laurence Guilemin - Juliette Bernard JA17

Un tchadien avec les JA17

Du 19 septembre au 1er octobre, trois tchadiens sont venus dans des exploitations du département, dans le cadre d’une mission, orchestrée par l’Afdi Nouvelle Aquitaine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Luc Raimond, administrateur JA 17 et vice-président de l’Afdi 17, Théophile Mbangnadji et Yann Brocas.
Luc Raimond, administrateur JA 17 et vice-président de l’Afdi 17, Théophile Mbangnadji et Yann Brocas. - © J.B.

Jeudi 29 septembre, à St Nazaire sur Charente, Yann Brocas n’était pas tout seul dans sa moisonneuse batteuse pour la récole du maïs : il était accompagné de Théophile Mbangnadji. Ce tchadien, avec deux de ses collègues (lire encadré) sont venus dans le département et en Charente du 19 septembre au 1er octobre, dans le cadre des échanges avec l’Afdi Nouvelle Aquitaine. “J’apprécie de faire découvrir mon exploitation. D’autant plus quand il s’agit d’une personne d’un autre pays ! Cette rencontre est très riche” souligne le  jeune agriculteur qui partira en début d’année au Tchad, dans le cadre du partenariat.
Au cours de la matinée : visite du silo, de l’exploitation, découverte du matériel. «Je ne m’étonne pas facilement» lâche d’emblée le tchadien de 36 ans, président du premier syndicat Jeunes Agriculteurs Tchadien (CEJRLOR), qui couvre la région du Logogne oriental (Sud du Tchad).

Lire la suite dans l'édition du vendredi 7 octobre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.