L'Agriculteur Charentais 05 novembre 2015 à 08h00 | Par Pierre louis Berger

Une alimentation innovante pour les porcs et les volailles

Éric Junker est à l'origine d'une nouvelle alimentation animale. Ce concentré a fait l'objet de tests zootechniques positifs de l'Inra Le Magneraud.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La luzerne massaï s'appuie sur une méthode particulière de fragmentation des herbes et de fermentation anaérobie.
La luzerne massaï s'appuie sur une méthode particulière de fragmentation des herbes et de fermentation anaérobie. - © Pierre-Louis Berger

Le facteur humain est souvent prépondérant en matière d'innovation. Éric Junker en est l'exemple type. Il a mis au point un nouveau procédé, un concept trouvé en décembre 2013, qui est une alternative locale au tourteau de soja. Il a baptisé cette formulation inédite «la luzerne massaï» un clin d'oeil aux tribus d'éleveurs africains. «Le massaï qui suis je ?» tel était le titre de son exposé au salon national Tech & Bio de Bourg-lès-Valence au mois de septembre. Concrètement, comment se présente cette nouvelle alimentation destinée aux vaches laitières, aux volailles et aux porcs ? «Cette innovation apporte une manière différente de nourrir les animaux, en particulier, les volailles et les porcs.

Lire la suite dans notre édition du 6 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.