L'Agriculteur Charentais 20 juillet 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Une dégradation généralisée en 2016 surtout en céréales et en lait

Regards sur la situation particulièrement dégradée des revenus agricoles. Le résultat net par actif non salarié en 2016 est en retrait de 21,9 % par rapport à 2015.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © reussir

Tout le monde s'y attendait : les résultats économiques du secteur agricole français en 2016 sont particulièrement mauvais. Le compte 2016 provisoire de l'agriculture, que l'Insee a présenté à la Commission des comptes de l'agriculture de la Nation qui s'est tenue le 6 juillet, confirme cette dégradation. Selon l'institut de la statistique, le résultat net par actif non salarié en 2016 est en retrait de 21,9 % par rapport à 2015. Quant à la «valeur ajoutée brute de la branche agricole» (y compris les subventions) par actif agricole (salarié et non salarié), elle a baissé de 8,4 % en 2016 par rapport à 2015, selon l'Insee. Un recul très marqué, alors que ce taux était positif sur les deux dernières années. Désormais, c'est ce critère économique que l'Insee met en avant car c'est celui retenu par Eurostat pour pouvoir comparer les résultats du secteur agricole entre États membres.

 

lire la suite dans notre evrsion papier du 21 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.