L'Agriculteur Charentais 26 janvier 2017 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Une démarche nécessaire pour les jeunes

Offrir des ordinateurs aux élèves de 2nd bac pro, pour mieux travailler, tel est le choix de la MFR de St Germain de Marencennes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les terminales BAC pro maintenance et machinisme agricole sont formés au fonctionnement des outils numériques. Sans ordinateur le diagnostic des tracteurs n’est plus possible aujourd’hui.
Les terminales BAC pro maintenance et machinisme agricole sont formés au fonctionnement des outils numériques. Sans ordinateur le diagnostic des tracteurs n’est plus possible aujourd’hui. - © AC

A la MFR de St Germain de Marencennes, on veut être un centre de formation moderne. La maison familiale et rurale «a mis le paquet» au niveau de l’enseignement et des nouvelles technologies. Bien sûr, la Wi-Fi est là mais surtout, la MFR a acheté et a donné pour chacun des 24 élèves de seconde bac pro, un ordinateur. «Cela leur permet de travailler dans de meilleures conditions. Ils ont de plus en plus de rapports à rédiger. De plus, certaines familles n’ont pas les moyens financiers d’investir dans cet outil pour la maison. Les cours sont plus confortables. Les jeunes n’ont plus besoin d’aller dans la salle informatique.

Lire la suite dans notre édition papier du 20 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.