L'Agriculteur Charentais 24 septembre 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Une partie du Poitou-Charentes est en zone réglementée

Un premier cas de fièvre catarrhale ovine (FCO) a été identifié le 11 septembre, dans l'Allier, suivi par d’’autres cas dans la Creuse, le Puy-de-Dôme et l'Allier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © GDS

Bien qu'à ce jour, aucun cas de fièvre catarrhale n'a été identifié en Poitou-Charentes, 3 départements sont désormais concernés par la zone réglementée (zone de protection ou de surveillance). Ces zones correspondent pour la zone de protection à un périmètre de 100 km de rayon autour des foyers et pour la zone de surveillance à un périmètre de 150 km de rayon autour des foyers.Pour la Vienne, 62 communes du sud-est du département sont placées en zone de protection depuis la confirmation de nouveaux foyers de FCO dans l’Allier, la Creuse et le Puy-de-Dôme. Quant à la zone de survellance, elle concerne dorénavant 198 communes. Seul l'extrémité nord ouest du département reste en zone indemne.En Charente, 9 communes sont en zone de protection et 153 communes en zone de surveillance. En Deux-Sèvres, 32 communes sont en zone de surveillance. Toute la Charente-Maritime est en zone indemne. (1)


Lire la suite dans l'édition du 25 septembre 2015

 

 


(1) Chiffres connus au moment du bouclage de votre hebdomadaire, mercredi en fin d’après midi.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.