L'Agriculteur Charentais 29 septembre 2016 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

une réplique inattendue à la crise

Caprins : Le contexte économique est meilleur. Pour autant, le nombre d’ateliers continue de baisser et les candidats à la reprise ne se bousculent pas.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Fin 2014, la courbe du prix aux 1000 litres de lait et celle de l’Ipampa se croisaient à nouveau. La baisse de l 'indice des prix d'achat des moyens de production agricoles annonçait la fin de la violente secousse qui pendant quatre ans a ébranlé l’économie des élevages. En 2016, alors que le prix du litre de lait (1) poursuit son ascension (environ 114 sur une base 100 en 2010), la courbe de l’Ipampa se stabilise (108 sur une base 100 en 2010). L’écart entre les deux tracés se creuse. Les producteurs retrouvent des marges de manœuvre. Dans les exploitations les plus impliquées, la production repart à la hausse stimulée par la volonté affichée des laiteries à relancer la collecte tout en gardant l’équilibre. En augmentation de 0,4% en 2015, les volumes (collecte Française) sont en mai 2016 supérieurs de 4,7% au cumul des cinq premiers mois de l’année précédente (source Agreste). La reprise est incontestable.

 

lire le dossier CAPRINS dans notre édition papier du 23 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).