L'Agriculteur Charentais 12 février 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Uniré : Moindre récolte, mais succès dans les ventes

Gamme complète, investissements de vinification, recrutement de jeunes, la coopérative trace sa route insulaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Conforter le pouvoir de vente de la coopérative en produisant davantage.
Conforter le pouvoir de vente de la coopérative en produisant davantage. - © AC

Ne demandez pas à Jean-Jacques Enet des nouvelles sur la santé d’Uniré. En plaisantant, comme à son habitude, il retracerait les récoltes 2013 et 2014, la fin des travaux dans les chais, les meilleures ventes de pommes de terre, l’essor du big bag, la confusion sexuelle et l’installation des jeunes. Rien de ces thèmes ne lui a posé de… lapins. Car ces satanées bestioles sont toujours l’invité patenté des débats de l’assemblée générale. Dévastatrice, la présence des lapins, en surnombre, provoque l’yre des agriculteurs et incite les élus insulaires à trouver des parades de lutte. Mais derrière cette récurrente problématique rétaise, la stratégie de la coopérative viti-vinicole transparaît avec des succès que bien d’autres envieraient. Jean-Jacques Enet fait le bilan : «4 000 t de raisins collectés font quand même une récolte insuffisante en 2013» et de s’empresser d’ajouter «si nous voulons assurer nos débouchés et reconstituer notre stock indispensable à une bonne gestion des marchés.» Toute la gouvernance d’Uniré est là : dans un contexte continental du tout cognac, la production rétaise fait figure d’exception. Vins de pays, pineaux et big bag sont prisés, moins que la gamme des cognacs. Alors si le microclimat rétais favorise son terroir, en 2013, un déficit «héliothermique» a été favorable… aux Gamay et moins aux Cabernet. L’année fut plus prolixe que 2012, mais cela n’a pas suffi à reconstituer les stocks, limitant la production d pineau rosé au profit des vins de pays rouges et rosés. On a donc fait moins de vins de table, plus de rouges et de rosés en vins de pays, davantage de vins blancs… qu’en 2012. Et du côté des ventes les vins de table augmentent de plus de 10 % (grâce au bib).

Lire la suite dans notre édition du 13 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui